CARCASSONNE

Vive le vent, Vive le vent : il ne faisait pas bien chaud lorsque nous avons commencé notre visite de Carcassonne par la bastide ou ville basse.

La bastide a été construite sous le règne de Saint Louis en 1260 et est organisée selon un plan quadrangulaire autour de la place Carnot. Au centre de cette place se trouve la fontaine de Neptune en marbre sculpté qui  reçoit un marché plusieurs jours par semaine. Autrefois la bastide était fortifiée par des remparts qui  ont été détruits au 18ème siècle.  Des boulevards ont été construits à l’emplacement des fossés qui ont été comblés et qui suivent les anciens remparts de la ville. La porte des Jacobins est la dernière porte qui reste sur les 4 qui se trouvaient aux 4 points cardinaux de la bastide. Ces portes, ouvertes dans les murs des fortifications, permettaient le contrôle des entrées dans la ville.

Nous nous dirigeons vers l’église Saint Vincent, de style gothique languedocien. Elle possède 1 nef unique dotée d’une tour de 54 mètres de haut. Celle-ci abrite le clocher qui compte 54 cloches qui fonctionnent encore.  Les plus courageux affrontent les 232 marches qui accèdent au haut de la tour, qui autrefois servait de tour de guet. Ventés, aérés, courbés par les rafales qui nous cinglent, nous admirons le panorama unique sur la ville, la plaine environnante, les Pyrénées, la Montagne Noire. Puis nous longeons la cathédrale Saint Michel, restaurée par Viollet Le Duc et déambulons dans les petites rues de la ville pour découvrir les nombreux hôtels particuliers, témoins du passé industriel et commerçant.

La ville connut un rayonnement au 18ème siècle où prospéra  l’industrie du drap avec les manufactures royales. De belles demeures voient le jour à cette époque :                                                                                          – l’Hôtel de Murat est aujourd’hui la chambre de commerce et d’industrie,                                                                                                                                                                                                             – la Halle aux grains où autrefois se faisait le commerce des céréales, accueille  une médiatèque                                                                                                                                                                                        – l’hôtel de Rolland, propriété d’un ancien marchand de drap est devenu l’hôtel de ville                                                                                          – la maison des mémoires est une belle demeure qui a abrité un célèbre peintre Joël Bousquet.                                                                                                                    Nous faisons un petit tour au jardin du calvaire. Après la révolution, il est décidé d’ériger un calvaire en pleine ville au milieu des cyprès et des oliviers. Des stations monuments représentent un chemin de croix  qui mènent vers le Christ en croix flanqué de deux larrons. En sous sol, une chapelle représente le Saint Sépulcre avec des murs recouverts de fresques. Devenu propriété de la ville, il est fermé très longtemps et est menacé de destruction. Il rouvre en 2011, mais il a subi les affronts du temps et est dans un état très dégradé.

Nous reprenons le bus qui nous emmène dans la cité médiévale où se trouve le restaurant “Adélaïde”. Nous y dégustons un délicieux cassoulet qui nous permet de reprendre des forces pour affronter la visite de la cité et le vent toujours présent.

Nous entrons dans la cité par la porte Narbonnaise flanquée de 2 énormes tours : porte d’entrée principale de la cité médiévale. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, la cité a été construite vers 1280. C’est un ensemble médiéval unique en Europe par sa taille et son état de conservation. Ses fondations remontent à l’époque gallo-romaine. Elle est ceinturée de 2 rangées de remparts qui comportent 52 tours dominant la vallée de l’Aude. Elle possède un château : le château comtal et la basilique Saint Nazaire. Au 11ème siècle, celle-ci était une église d’origine romane. Au 13ème siècle, elle est agrandie et construite en style gothique avec un transept et un choeur très élancés. Elle possède un ensemble de vitraux parmi les plus beaux du sud de la France dont les plus anciens datent du 13ème siècle.

Abandonnée par ses habitants au 19ème siècle qui se tournent vers la bastide, la destruction de la cité est programmée mais est sauvée par un notable : Jean Pierre Cros Mayrevieille et est restaurée par Viollet le Duc. Aujourd’hui, seuls une centaine d’habitants y habitent.                            Plus de 3 millions de touristes en font un des lieux les plus visités d’Europe. Il est très agréable d’y déambuler au milieu des magasins de souvenirs et des restaurants.

Photos de Janine en cliquant sur le lien :

http://www.kizoa.fr/slideshow-maker/d19952677k7056376o1/-cc-carcassonne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *