PIGNAN

    7 décembre 2017.                                                                       

Notre visite de Pignan s’est essentiellement centrée sur le 17ème siècle ; cependant Pignan a un passé bien plus ancien : 200 sites archéologiques y sont répertoriés.

La Mairie et le château du comte de Turenne

Le bâtiment est édifié sur un ancien château. Il date de l’époque Louis XIII. Aspect austère et géométrie rigoureuse, des remaniements lui confèrent un aspect plus gai (ouvertures, fenêtres et nouvelles pièces). A l’intérieur se dévoile un bel escalier ; le plafond du hall laisse à penser qu’il devait s’agir d’une chapelle. Sous le château, de belles caves aux voutes médiévales ; l’une d’elles, de forme arrondie servait de glacière. Plus bas, on trouve des puits, des citernes et des canaux mystérieux. Puis, on parvient dans la cuisine, voute romane et grande cheminée, les arches du fond sans clé de voute, étaient montées sur gabarit de bois.

Comme le plus souvent, la mairie servait d’école, coté filles, coté garçons bien sûr. L’arrière donne sur un grand parc arboré. La visite se poursuit par la Tour carrée haute de 30 mètres, édifiée en pierre de Pignan ; l’on y voit une façade renaissance et un puits. Trois arcs boutants s’appuient sur l’ancienne église.Par la gauche, nous voici sur le Plan de la chapelle, ancienne église Notre Dame de l’Assomption jusqu’au 19ème siècle qui a subi de graves déboires lors des guerres de religion. Actuellement, c’est une ruine qui sert de salle de concerts et spectacles en été.

Nous arrivons dans la rue de la Villette, nous passons sous la porte Notre Dame, ancienne entrée du vieux Pignan également nommée Font Viel. On y voit deux têtes sculptées et les traces d’un ancien mur d’enceinte. Puis, c’est la rue des Porches qui suit l’ancien rempart et nous amène au bas de la Grand Rue. C’est ensuite la Tour de l’Horloge, entrée de Pignan au 14ème siècle  qui se poursuit vers Montpellier. Sur cette petite place, c’est l’ancien hôtel de ville qui a servi de poste, de bibliothèque, de la maison de l’agglomération et qui est maintenant abandonné.

Remontons la Grand Rue, l’on voit une belle fenêtre à meneaux à l’angle de la rue des Casernes et un peu plus haut, la rue des Petits Escaliers qui marque l’extrémité du premier rempart. Au numéro 10 de la Grand Rue, la maison Jourdan montre un très bel escalier de l’époque du château. En face, c’est la maison Burlon qui est dotée d’une échauguette et d’une porte taillée en pointe de diamants.

Nous revoici devant la mairie, allons vers la rue des Acacias où l’on aperçoit les vestiges de l’orangerie du château et peu après dans l’impasse des Acacias une cour remaniée au 17ème siècle avec une jolie fenêtre renaissance. (anciennes écuries du château)

L’on peut regretter que ce riche patrimoine n’ait pas été mieux protégé et suffisamment mis en valeur.                                                             Michèle Baudin

 

  • P1080012
  • P1080014
  • P1080015
  • P1080016
  • P1080018
  • P1080019
  • P1080020
  • P1080021
  • P1080023
  • P1080024
  • P1080026
  • P1080029
  • P1080030
  • P1080033
  • P1080034
  • P1080035
  • P1080036
  • P1080038
  • P1080039
  • wowslider
  • P1080043
wow slider by WOWSlider.com v8.6m

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *