BEZIERS

Ce 14 octobre 2021 et aux aurores, il ne fait que 8°, mais cela n’a aucune influence  sur notre petit groupe qui attaque la visite de Béziers.                                                     Nous commençons par le Cimetière Vieux qui, comme le cimetière du Père Lachaise à Paris, est le lieu de repos de grandes familles vigneronnes, d’artistes locaux, sculpteurs, etc…. Au gré des allées, nous découvrons des tombeaux et mausolées monumentaux : du bronze, du marbre, temples égyptiens, gisants, femmes en pleurs sont les témoins de l’opulence de la ville . Au gré des allées, nous découvrons les tombes de personnalités tels Gustave Fayet, Jean Marie Cordier, Injalbert etc…..            Puis découverte des petites rues de Béziers pour nous diriger vers la basilique Sainte Aphrodise (ce prêtre égyptien venu évangéliser Béziers et décapité par les romains).  Nous arrivons sur la belle place de l’église de la Madeleine construite au 12ème siècle. (cette église romane a été le lieu tragique lors de son incendie par l’armée de la croisade menée par Simon de Montfort, contre les albigeois en 1209. Un petit arrêt devant l’hôtel Fayet qui abrite le musée du même nom.  De nombreux et beaux trompe l’oeil décorent les murs de vieilles maisons. Puis nous rejoignons la cathédrale Saint Nazaire qui domine la ville et la plaine de l’Orb. Majestueuse et austère, elle a été construite sur les ruines de la cathédrale romane incendiée lors de la croisade contre les cathares. L’intérieur est imposant avec sa grande nef éclairée par 9 vitraux – un grand orgue du 17ème siècle. Nous découvrons un cloitre gothique inachevé du14ème. L’ancien quartier juif jouxtait la cathédrale. Nous rejoignons le jardin des anciennes arènes romaines, havre de paix en plein centre ville où des restes d’un ancien amphithéâtre sont retrouvés. Nos pas nous mènent vers la place Jean Jaurès ou place de la Citadelle (du fait de la présence d’une forteresse au 17ème siècle) avec son allée centrale agrémentée d’un canal. Cette belle esplanade est accolée aux allées Paul Riquet, où trône la statue de bronze du fondateur du canal du midi.
Nous finissons sur les allées Paul Riquet, le coeur vivant de la ville, entourées de magnifiques immeubles hausmanien et construites sur le fossé des anciens remparts.  C’est le lieu de promenade préféré des biterrois.
Il est midi. Un arrêt bien venu et mérité dans un petit restaurant face à l’hôtel de ville avant de découvrir le théâtre municipal de Béziers.  On ne peut pas le rater, il est situé sur les allées Paul Riquet. Depuis sa restauration, il est magnifique avec sa pierre dorée et ses portes vertes. Nous sommes accueillis chaleureusement par Peggy et Serge. Un premier groupe reste à l’extérieur pour admirer cette magnifique façade tandis que le deuxième groupe visite l’intérieur. Construit par l’architecte Charles Isabelle, il a été inauguré en 1844 et possède son esthétique d’origine. Il a été construit avec des fonds privés. Les donateurs bénéficiaient d’une loge gratuite pendant 50 ans. Des échoppes installées sur les côtés permettaient également de financer sa construction. La magnifique façade avec ses hauts reliefs de David D’Angers, ses bas reliefs qui représentent les allégories  d’Oedipe, du Cid, de Tartuffe, ses 3 portes monumentales, ses colonnes d’inspiration grecque, est classée monument historique depuis 2015. Nous pénétrons dans le hall d’entrée décoré de piliers en trompe l’oeil imitant le marbre et de 2 grands escaliers qui permettaient aux “bourgeois” de se faire voir. A l’étage, nous traversons le “foyer” où les personnes venaient discuter, fumer ou manger un morceau, puis nous sommes allés nous asseoir dans les balcons qui font face à la scène. C’est là que nous comprenons que c’est le parfait exemple du “théâtre bonbonnière” à l’Italienne. La salle de 500 places, toute de velours rouge et or, se déploie autour d’un parterre et de 3 balcons. Le dernier est le poulailler réservé “au peuple” (plus utilisé aujourd’hui) . Les fauteuils d’orchestre se trouvent au milieu, en bas. Devant la scène : la fosse d’orchestre et sur les côtés, les loges réservées aux personnes importantes. Le plafond est  décoré de fresques et accueille un magnifique lustre en cristal. La visite se poursuit par les loges (très petites) et la scène avec ses deux entrées (côté cour, côté jardin).   Nous disons au-revoir à nos deux sympathiques guides pour nous rendre au château de Perdiguier, château féodal situé à Maraussan dans l’ouest biterrois. Des cors de chasse nous accueillent ainsi que Samuel qui nous raconte les 700 ans de l’histoire de ce château. C’est en 1375 que Jean de Perdiguier, trésorier en Languedoc reçoit ce château de Georges V. Le bâtiment forme un quadrilataire autour d’une cour intérieure flanquée de tours rondes. Nous pénétrons dans une pièce qui a du servir de chapelle à une certaine époque puis grimpons un escalier pour découvrir des fresques du 17ème. A cette époque, la tour aveugle a permis un excellent état de conservation des peintures aux scènes champêtres de la vie seigneuriale. Puis, nous nous retrouvons dans le chai, au milieu des barriques peintes pour une petite dégustation.
Merci à Samuel de partager sa passion pour cet endroit et de nous faire revivre l’histoire de ce chateau.

 Francette

Crédits Photos: René POHL
En cliquant sur la photo :
1. Vous avez accès aux photos du diaporama,
2. En cliquant sur la 1° photo, vous lancez le diaporama,
3. Le symbole”3 points superposées” en haut à droite donne accès à d’autres options ( télécharger etc…)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *